2022  i w d  h a b alanna mah womens para  e n main
© Connor Mah

Transmettre sa passion pour le parahockey

À seulement 22 ans, Alanna Mah fait partie de l’équipe nationale féminine de parahockey du Canada depuis neuf ans et souhaite faire découvrir le sport qui lui a tant donné à d’autres jeunes filles

Bernadette Larose
|
30 mars 2022
|

Jeune femme fougueuse et déterminée, Alanna Mah a connu une ascension directe jusqu’à l’équipe nationale féminine de parahockey du Canada.

À l’âge de six mois seulement, elle a reçu un diagnostic de neuroblastome lorsque les médecins ont décelé une tumeur autour de sa moelle épinière. Bien qu’elle ait remporté sa bataille contre le cancer, cette victoire lui a coûté une lésion médullaire partielle qui l’empêche d’avoir le plein usage de ses jambes.

Malgré tout, elle a été en mesure de connaître une belle carrière d’athlète en pratiquant différents sports au fil de son enfance grâce à l’association de sports paralympiques de sa ville natale d’Edmonton. Ayant grandi au sein d’une famille d’amateurs de hockey, Mah a sauté sur la première occasion de s’initier au parahockey.

« Je savais que le parahockey existait », dit Mah. « Mais je n’étais pas tellement au courant des détails. Donc, je me suis simplement présentée à un entraînement, on m’a permis de jouer, et je suis tombée en amour. »

Dès lors, Mah s’est entraînée avec l’équipe mixte de l’Impact d’Edmonton, qui fait partie du club de hockey sur luge d’Edmonton. Lorsqu’elle a atteint l’âge d’admissibilité de 14 ans, elle a pris part à un essai ouvert à toutes pour l’équipe nationale et a été retenue.

« Quand j’ai commencé à jouer au parahockey à neuf ans, j’étais la seule fille de mon équipe. Je ne connaissais pas d’autres joueuses dans la province ni même au Canada. Donc, quand j’ai été nommée à l’équipe nationale féminine à 14 ans, c’était la première fois que j’étais exposée à l’existence d’une équipe féminine. »

Huit ans plus tard, Mah et ses coéquipières de l’équipe nationale veulent changer la donne. Grâce à des subventions de la Fondation Hockey Canada, l’équipe féminine exploite un programme de développement local en organisant des événements d’initiation pour les jeunes filles partout au Canada dans le cadre de ses camps d’entraînement nationaux.

« Je crois que c’est essentiel que les filles voient qu’il est possible de jouer au parahockey dans un milieu réservé aux femmes », estime Mah. « Il faut leur permettre de baigner dans ce milieu aux côtés de joueuses de l’équipe nationale qui les encadrent et les dirigent. Leur montrer que nous sommes ici, que nous existons. Ça leur donne des modèles à suivre. »

Même si Mah s’investit surtout dans l’essor du parahockey féminin, l’avant de 22 ans aime compétitionner du côté mixte, où elle défend les couleurs d’Équipe Alberta, quadruple championne nationale en parahockey, en compagnie de Cody Dolan et d’Adam Kingsmill, deux membres de l’équipe nationale de parahockey du Canada.

« J’aime l’aspect robuste », révèle Mah au sujet du parahockey avec contact de niveau élite. « C’est l’un des éléments que je préfère de ce sport. Je suis petite, donc c’est épeurant par moments, mais on me traite de la même manière que n’importe qui d’autre. Tout le monde pratique le même sport, personne ne s’arrête au fait que je suis une fille, je suis comme les autres sur la glace. »

Avec l’Impact (équipe au sein de laquelle elle occupe le rôle d’entraîneuse et de joueuse) et Équipe Alberta, Mah s’entraîne chaque jour et saute sur la glace deux fois par semaine, tandis qu’elle partage son temps entre le parahockey et ses études à temps plein en kinésiologie à l’Université d’Edmonton.

Sa motivation ne passe pas inaperçue aux yeux de Derek Whitson, entraîneur adjoint pour l’équipe nationale féminine et ancien athlète paralympique.

« Je suis son coéquipier au sein d’Équipe Alberta, en plus d’être son entraîneur depuis huit ans, et c’est incroyable de voir son niveau de discipline et d’effort au cours des deux dernières années pour faire progresser son jeu comme jamais », raconte Whitson. « C’est une année de reconstruction, et elle s’impose vraiment comme l’une des meneuses de son équipe et se montre à la hauteur de ce rôle. Elle a une personnalité colorée qui ne correspond pas à un leadership traditionnel, mais ça permet de tirer le meilleur d’elle-même et de l’équipe, car elle crée une ambiance plaisante pour tout le monde. »

Whitson et l’entraîneuse-chef Tara Chisholm se préparent en vue d’un camp de sélection national sur invitation qui aura lieu à Yellowknife, dans les Territoires-du-Nord-Ouest, du 24 avril au 1er mai. Il y aura ensuite des camps régionaux en juin et en juillet avant la tenue d’un camp de l’équipe nationale à Calgary, du 27 au 31 juillet.

L’équipe poursuit ainsi ses préparatifs pour le Défi mondial féminin 2022 prévu cet automne.

« C’est une période exaltante pour nos joueuses, car elles se préparent pour ce qui sera probablement le plus grand événement mondial auquel elles auront participé », dit Whitson. « C’est une occasion rêvée de montrer ce pour quoi elles s’entraînent depuis des années, et comme elles représentent le Canada, elles ne visent rien de moins que la plus haute marche du podium. »

Bien que le parahockey soit un sport mixte, seulement trois femmes ont atteint les Jeux paralympiques, dont la Chinoise Yu Jing, qui a participé aux Jeux de 2022 plus tôt ce mois-ci. L’objectif de Mah et de Parahockey féminin du Canada, le groupe qui supervise le développement du parahockey féminin partout au pays, est de faire de ce sport une discipline paralympique, mais le manque de compétition internationale équitable représente un obstacle majeur.

Whitson et Chisholm ont multiplié les efforts de développement à l’échelle internationale, mais la sensibilisation et la participation au pays demeurent une priorité pour Mah et ses coéquipières de l’équipe nationale.

C’est un travail que Mah fait par amour pour un sport qui a forgé son existence.

« Rien ne se compare à ce milieu et aux personnes qu’on y fréquente. C’est comme une famille. »

« Beaucoup diraient la même chose pour bien d’autres sports, mais surtout pour une femme handicapée qui fait du sport, trouver un groupe où l’on se sent acceptée et comprise n’a rien d’égal. »

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

emadziya@hockeycanada.ca

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

ssharkey@hockeycanada.ca

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

jknight@hockeycanada.ca

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
COUPE IPH 2022 : USA 8 - CAN 2 (ronde préliminaire)
Jacobs-Webb et Hickey marquent en avantage numérique au dernier match du Canada en ronde préliminaire.
COUPE IPH 2022 : CAN 5 – IPH 2 (ronde préliminaire)
Quatre points pour Cozzolino; le Canada bat l’équipe IPH dimanche.
Coupe IPH 2022 : CAN 3 – CZE 0 (ronde préliminaire)
Hickey inscrit un doublé, et Huneault bloque 13 tirs dans un jeu blanc du Canada.
CMF 2022 : CAN 2 – USA 1 (match pour l’or)
Jenner réussit un doublé et le Canada remporte un 12e titre au Mondial féminin.
Horaire