2023 nwu18c quebec tremblay sisters

Les sœurs Tremblay font encore équipe

Maxim et Rosalie Tremblay, qui ont grandi dans une famille sportive, sont prêtes à faire leur marque avec Équipe Québec au Championnat national féminin des moins de 18 ans à Dawson Creek

Eric Lavoie
|
5 novembre 2023
|

Les habitués du hockey féminin se souviendront des sœurs Lamoureux, Jocelyne et Monique, qui ont évolué au sein de l’équipe nationale féminine des États-Unis pendant 14 ans. Il y a aussi les sœurs Potomak, Sarah et Amy, qui ont grimpé les échelons d’Équipe Canada depuis leur participation au Championnat national féminin des moins de 18 ans 2013 avec la Colombie-Britannique.

Après trois ans d’absence, le Championnat national féminin des moins de 18 ans est de retour cette semaine à Dawson Creek, en Colombie-Britannique. Et un autre duo de sœurs attirera certainement les regards pendant les matchs du Québec : Maxim et Rosalie Tremblay du Collège de Stanstead.

Les deux sont des jeunes étoiles montantes de la scène québécoise avec chacune un style bien à elle.

« Max, c’est une joueuse très puissante avec un bon tir, qui est capable de créer des chances pour notre équipe et qui joue bien dans les trois zones », lance Rosalie, la sœur cadette de 15 ans. « Comme personne, elle est très enthousiaste, parfois elle manque de patience, mais elle arrive toujours à atteindre ses buts par son travail. »

« Rosa est plus une fille qui crée des jeux, qui va avoir la belle passe sur le but gagnant, mais on se rejoint sur le fait que les deux, on travaille fort et on est vraiment compétitives », décrit Maxim, âgée de 17 ans. « Sur le plan personnel, c’est une fille drôle, toujours positive, et ça peut même en être fatigant parfois », ajoute-t-elle en souriant.

Le sport est roi chez les Tremblay

Natives de Sherbrooke, Maxim et Rosalie ont eu la chance de jouer au sein de la même formation des Harfangs du Triolet lors de la saison 2018-2019. Rosalie, alors âgée de 10 ans, avait été surclassée pour faire partie de cette équipe M13 AAA. Les deux ont connu une année faste qui s’est conclue avec une conquête de la Coupe Dodge, le championnat provincial de Hockey Québec.

On pourrait penser que la plus jeune a patiné dans les traces de la plus vieille sur les patinoires de l’Estrie, mais c’est plutôt Rosalie qui a été la première à jouer au hockey.

« Je suis allée à environ deux entraînements sur glace quand j’avais sept ans et j’ai arrêté le hockey après, confie Maxim. Ensuite, Rosa a commencé à jouer et pendant deux ou trois ans, j’allais la voir, alors que moi, je jouais plus au soccer et au basketball. Vers l’âge de 10 ou 11 ans, j’ai recommencé le hockey. »

La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre… Le sport, c’est dans leurs gènes.

D’abord, il y a eu leur père Yannick qui a connu une longue carrière au hockey junior majeur, universitaire et semi-professionnel de 1994 à 2014. Même si les deux filles ne conservent pas tant de souvenirs frais à leur mémoire de la carrière de leur père, elles ont toujours une oreille attentive quand il a des conseils pour elles.

« C’est sûr que d’avoir quelqu’un avec autant d’expérience à la maison, ça aide et on dirait que pour moi, c’est plus facile de le croire que si le conseil me vient de monsieur madame Tout-le-Monde », explique Rosalie.

Quant à leur mère, Karine Desrosiers, elle a été une joueuse de basketball de haut niveau qui a atteint les rangs universitaires dans les couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval. Son parcours a influencé Rosalie, qui a foulé les courts jusqu’à une sélection au sein de la délégation de l’Estrie en vue des Jeux du Québec tenus à Laval l’été dernier. Comme sa mère aux Jeux du Québec en 1991, Rosalie a porté fièrement le dossard numéro 5.

Une expérience non négligeable

Si le nom de Rosalie n’est peut-être pas encore si connu des amateurs et amatrices du hockey féminin canadien, celui de Maxim n’est sûrement pas si étranger pour plusieurs. Après avoir participé aux Jeux du Canada en février dernier au sein d’Équipe Québec, qui s’est inclinée contre l’Ontario au match pour la médaille de bronze, Maxim a été sélectionnée par l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans du Canada en août pour une série de trois matchs contre les États-Unis à Lake Placid.

Maxim compte bien se servir de ce bagage d’expériences pour guider ses coéquipières québécoises dans un tournoi de haut calibre et de courte durée.

« Ça va m’aider moi et mon équipe, et la rivalité entre le Canada et les États-Unis, ça m’a fait un peu penser à celle entre le Québec et l’Ontario, je pense que je peux faire comprendre à mes coéquipières que tout se joue sur la glace et amener de l’énergie. ».

Deux fières Spartans

La réputation du programme de hockey féminin du Collège de Stanstead n’est plus à faire. Plusieurs excellentes joueuses des Spartans ont participé à des camps d’équipes nationales féminines et à des championnats mondiaux avec Équipe Canada.

Maxim et Rosalie jouent et étudient à Stanstead depuis trois ans, et cette saison, c’est la première fois que les deux font partie ensemble de l’équipe des M19. Rosalie est la seule hockeyeuse née en 2008 au sein de cette formation. Au Championnat national féminin des moins de 18 ans cette semaine, les Spartans sont aussi représentées par trois autres joueuses : Maélie Pion, Charlotte Labrèche et Jamie Arsenault.

« Ça démontre qu’on vient d’un bon programme et c’est toujours plaisant de se retrouver avec des filles qu’on connaît, vu qu’on part quand même 12 jours, ça nous met plus à l’aise », exprime Maxim, qui jouera pour pour l’Université Colgate, dans l’État de New York, à compter de la saison 2025-2026.

Rosalie est presque la plus jeune joueuse du tournoi à Dawson Creek. Même si elle sait qu’elle pourra toujours compter sur sa grande sœur pour la guider au fil des défis qui se présenteront devant elle, la cadette ne s’en fait pas outre mesure d’avoir à affronter des joueuses qui seront pour la plupart âgées de deux ans de plus qu’elle.

« L’âge n’a jamais été un facteur qui m’intimidait », précise-t-elle en toute confiance. « Je me suis toujours mesurée aux autres en fonction de mon talent. Je n’aurai pas peur de démontrer ce dont je suis capable de faire malgré mon âge. »

Parole de Maxim et de Rosalie, les Tremblay sont prêtes à laisser leur marque à Dawson Creek.

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

emadziya@hockeycanada.ca

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

ssharkey@hockeycanada.ca

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

jknight@hockeycanada.ca

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
ENF 2023-2024 : CAN6 – USA 1 (Match 7)
Spooner et Maltais inscrivent un doublé, et le Canada gagne la série.
ENF 2023-2024 : CAN 3 – USA 0 (Match 6)
Maschmeyer a bloqué 27 tirs dans un jeu blanc à la Série de la rivalité.
ENF 2023-2024 : CAN 4 – USA 2 (Match 5)
Kraemer a obtenu quatre points dans un triomphe du Canada contre les États-Unis.
Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2024 : FIN 5 – CAN 4 (TB) (bronze)
Preston a créé l’égalité en fin de match, mais le Canada a perdu en tirs de barrage.
Horaire