brismoh  mansaray main photo web 960x540 003

Le Fonds d’aide en action : Brismoh Mansaray

Grâce au Fonds d’aide de la Fondation Hockey Canada, le jeune de 12 ans brille à sa première saison dans le hockey M13 AA à Edmonton

Nicholas Pescod
|
18 février 2023
|

Pour Brismoh Mansaray, tout a commencé par une simple question posée à son père, du haut de ses cinq ans.

« On regardait le hockey », se remémore le jeune originaire d’Edmonton, maintenant âgé de 12 ans. « Je lui ai demandé si je pouvais jouer moi aussi et il a dit oui. »

Les parents de Brismoh ont fait ce que bien des parents font : ils ont inscrit sa sœur et lui à des cours de patinage.

« On voulait d’abord qu’il apprenne à patiner pour le plaisir », explique sa mère Iyesatu Jalloh. « Mais ça n’a pas été long avant qu’on nous suggère de l’inscrire au hockey. On a eu de l’aide de ce côté. »

Iyesatu savait bien que son fils souhaitait jouer au hockey, mais elle avait quelques craintes et hésitait à l’inscrire dans une ligue.

« J’ai même tenté de le convaincre d’opter pour le soccer, prétextant qu’il faisait trop froid sur une patinoire, confie-t-elle. Il était inconsolable, son éducatrice à la garderie m’a même suppliée pour que je le laisse jouer. »

Brismoh Mansaray

Quant au père de Brismoh, il se doutait que le hockey pourrait être bénéfique à plusieurs égards pour leur fils.

« Pour lui, ça valait le coup d’essayer, question de voir si Brismoh allait aimer ça pour vrai, se rappelle Iyesatu. Il y voyait une manière pour notre garçon de canaliser son énergie et de laisser un peu de côté les appareils électroniques. J’ai donc donné mon accord. »

C’est ainsi que Brismoh a commencé à jouer chez les Timbits M7 en 2016. Un an plus tard, il jouait dans une ligue maison pour le KC Hockey Club, dirigé par le Knights of Columbus Athletic Club d’Edmonton. S’il a fait ses débuts avec l’équipe comme défenseur, on n’a pas tardé à le convertir en avant.

« J’aimais bien me lancer à l’attaque », explique Brismoh, un fervent partisan des Oilers d’Edmonton qui rêve de jouer dans la LNH un jour.

L’ailier droit en est maintenant à une première saison complète au niveau compétitif dans la division M13 AA avec les KC Lancers.

« Je ne me lasse jamais de jouer au hockey, c’est si amusant, s’exclame-t-il. Et c’est sans compter tous les amis que je me fais chaque saison. »

Brismoh occupe actuellement le troisième rang de l’équipe avec 26 points et est à égalité au troisième rang des buteurs avec 10. Il excelle sur les bancs d’école également, et sa mère s’en réjouit.

« Il réussit bien au hockey comme à l’école, souligne-t-elle. Ses notes se situent dans les 90 %, et ça se passe très bien à la maison aussi. »

Au hockey, les matchs et les entraînements sont nombreux, surtout dans les équipes compétitives. À cela s’ajoutent des attentes élevées. Brismoh explique que tout ça ne fait que l’aider à se concentrer et à ne pas dévier de ses objectifs, tant sur la glace qu’ailleurs.

« Le hockey m’a appris à rester centré sur plusieurs aspects de ma vie, décrit-il. Après mes entraînements, je fais mes travaux d’école et je vais me coucher. Je n’ai pas beaucoup de temps pour autre chose. »

Brismoh Mansaray

Aune main tendue

Brismoh est né à Edmonton, mais ses parents ont immigré au Canada il y a plus de 20 ans. En Sierra Leone – leur pays d’origine – le hockey est pratiquement inexistant, surtout le hockey sur glace.

« On ne joue pas au hockey là-bas, rapporte Iyesatu. En Sierre Leone, c’est principalement le soccer, l’athlétisme, le basketball… C’est normal avec des températures qui dépassent constamment les 30 degrés. »

Même s’ils avaient déjà regardé le hockey à quelques occasions, les parents de Brismoh n’étaient pas vraiment au fait de tout ce qu’implique le sport, notamment l’équipement requis, ou même la façon de l’enfiler.

« On ne savait même pas comment il devait porter son équipement, dévoile la mère de famille. Il a fallu regarder des vidéos sur YouTube pour l’apprendre. C’était dur. Les autres parents ont dû m’apprendre la façon d’attacher ses patins. »

Afin que Brismoh poursuive son développement comme hockeyeur, sa famille a eu recours à des programmes comme le Fonds d’aide de la Fondation Hockey Canada, qui offre aux familles qui en ont besoin une subvention de 500 $ pour les frais d’inscription au hockey.

« Le Fonds d’aide nous a été très utile cette saison, reconnaît Iyesatu. Dans la division AA, les coûts sont élevés. Ça m’inquiétait. J’étais donc très heureuse de recevoir ce soutien du Fonds d’aide. »

Malgré ses réticences initiales, Iyesatu se dit extrêmement fière des succès de son fils, tant sur la patinoire que dans les autres sphères de sa vie, et est ravie de le voir pratiquer le sport qu’il aime tant.

« Je suis comblée », conclut-elle.

Pour plus d'informations :

Esther Madziya
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 284-6484 

emadziya@hockeycanada.ca

 

Spencer Sharkey
Responsable, communications
Hockey Canada

(403) 777-4567

ssharkey@hockeycanada.ca

 

Jeremy Knight
Responsable, communications organisationnelles
Hockey Canada

(647) 251-9738

jknight@hockeycanada.ca

 

Nouvelles récentes
Les plus populaires
Videos
Photos
CMJ 2023 : CAN 6 – SVK 1 (match préparatoire)
Roy a récolté un but et une aide, et le Canada a battu la Slovaquie.
ENF 2022-2023 : CAN 3 – USA 2 PROL. (match 5)
Serdachny joue les héroïnes en prolongation, et le Canada reste en vie dans la série.
CMJ 2023 : CAN 6 – SUI 0 (match préparatoire)
Shane Wright inscrit un doublé, et le Canada blanchit la Suisse.
DMJA 2022 : Jour 6 – vendredi 16 décembre
Les États-Unis et la Suède ont conclu la ronde préliminaire sur une note victorieuse.
Horaire